Business in Korea

Icon

Internet, Mobile, IT and industry in Korea

Profil SK Telecom

Sur le marché coréen de la téléphonie mobile, 49,6 M d’abonnés au 30 juin 2010, SK Telecom est l’opérateur leader avec 50% de parts de marché. En 2009, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 10 Mds USD.

SKT a forgé et maintient sa domination grâce à une gamme particulièrement attrayante de terminaux et une offre de contenus riche combinés à un marketing performant et des prix sensiblement équivalents à ceux de ses concurrents KT et LG U+.

Pour maintenir son avance, SK Telecom investit environ 200 M USD chaque année en recherche et développement interne tout en coopérant avec de nombreux partenaires coréens et étrangers qui lui permettent de proposer des solutions innovantes à ses clients.

 Actuellement, la stratégie d’innovation du groupe est orientée vers :

-les technologies de réseaux : WCDMA, HSPA+, Wibro, LTE

-les technologies de communication en champ proche : NFC, ZigBee

-les chipsets intelligents : paiement via USIM, ZigBee sur carte SD, contenus sur SIM

-l’image et la vidéo : IPTV, conversion 2D-3D, réalité augmentée

-les applications pour smartphones : SNS, LBS, jeux, outils de traduction, banque

-l’offre B2B : bureau mobile, cloud-computing, plateforme de partage d’informations.

En 2011, comme en 2010, l’entreprise investira 1,2 Md EUR dans ses infrastructures réseaux. SK Telecom prévoit notamment le lancement en Corée du réseau LTE commercial au deuxième semestre 2011. L’opérateur se tourne également vers les pays voisins : Chine, Mongolie et Vietnam.

SK Telecom s’est par ailleurs fixé comme priorité le développement de sa base d’utilisateurs de smartphones qui devrait atteindre 3 M en fin d’année contre 500 000 en janvier. L’ARPU de l’opérateur sur les smartphones est de 55 000 KRW (35 EUR) contre 35 000 KRW (23 EUR) pour les terminaux ‘’classiques’’. Dans cette gamme, l’OS Androïd devrait prendre une part prépondérante comme l’indique l’accord passé avec Google pour appliquer la facturation des applications sur la facture mensuelle de l’abonné. L’opérateur travaille également au développement de son propre OS open-source en interne.

Enfin, si sa stratégie est largement tournée vers le mobile, il ne faut pas oublier que SK Telecom est le deuxième fournisseur d’accès à l’internet fixe en Corée (23% de parts de marché) et le deuxième opérateur de lignes téléphoniques fixes (10% de parts de marché).

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@ubifrance.fr)

Advertisements

Filed under: Mobile, Web, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

E-banking et M-banking en Corée

Grâce au déploiement précoce d’infrastructures d’internet à haut-débit, la Corée a connu très tôt le développement de nombreux services en ligne. Parmi ceux-ci, la banque est aujourd’hui l’un des plus utilisés.

Au premier trimestre 2009, on compte 52,1 millions d’abonnements à la banque en ligne en Corée, soit deux fois plus qu’en 2004. Les 19 institutions bancaires qui proposent ce service dans le pays enregistrent également 2,78 millions de clients entreprises, et là encore c’est deux fois plus qu’en 2004. Quand au volume mensuel des transactions, il est passé d’environ 240 milliards d’USD en mai 2004 à 570 milliards d’USD en avril 2009. En 2008, les transactions par internet représentaient ainsi ¼ de toutes les transactions bancaires enregistrées dans le pays.

ebanking1

Nombre d’abonnements à la banque en ligne en milliers, BOK, mai 2009.

ebanking2

Transactions bancaires en ligne en milliards de wons, BOK, mai 2009.

Parmi cette population, au 1er trimestre 2009, 9,15 millions de personnes utilisent ce service depuis leur téléphone portable, soit deux fois plus que fin 2007. Pour accéder à ce service, communément appelé M-banking, apparu en Corée en 2003, environ 55% des utilisateurs disposent d’une carte à puce embarquée sur leur téléphone : IC Card émise par la banque, ou USIM émise par l’opérateur télécom. Mais cette solution est de plus en plus souvent remplacée par un programme logiciel à télécharger (dit Virtual machine) qui ne nécessite pas de matériel particulier.

Les opérations les plus populaires sur le mobile sont le transfert d’argent et la consultation de diverses informations financières : taux de change, historiques de transactions, etc. En 2008, le volume de transactions en M-banking était en moyenne de 3,6 milliards d’USD par mois, en augmentation de près de 50% par rapport à 2007.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique   (adresser les demandes à remy.pascal@missioneco.org)

Filed under: Mobile, Web, , , , , ,