Business in Korea

Icon

Internet, Mobile, IT and industry in Korea

L’énergie éolienne en Corée

En Corée, territoire pauvre en énergies fossiles qui importe 90% de son énergie primaire, les sources d’énergies renouvelables comme l’éolien, font l’objet d’un intérêt particulier, d’autant plus que le potentiel énergétique éolien de la péninsule est important : 7,8 GW à terre et 18 GW offshore, selon le Korea Institute of Energy Research (KIER).

Fin 2008, environ 150 éoliennes étaient installés dans le pays, pour une capacité cumulée de 236 MW, soit 43 MW de plus qu’en 2007.

Source IEA Wind, 2008 annual report

En 2008, lorsque le gouvernement a lancé son 3ème plan pour les énergies renouvelables, la part de la demande électrique nationale couverte par l’éolien n’était que de 0,1%. L’objectif de ce plan est de couvrir 4,3% des besoins en 2015 puis 11% en 2030 grâce aux énergies renouvelables. L’éolien en représenterait alors 13% grâce à une capacité installée de 2 GW en 2012 puis 4,3 GW en 2015 et 7,3 GW en 2030. Pour y parvenir, l’ Etat accorde de larges subventions et réductions fiscales, et s’engage à acheter le kWh à 0,11 USD contre 0,05 USD pour le charbon ou le pétrole.

En 2008, seules quatre des éoliennes installées dans le pays avaient été développées et fabriquées localement. La Corée dépendait donc largement de ses importations, en particulier pour les pièces détachées. Les industriels locaux sont depuis plus nombreux à produire et à assembler les éoliennes sur place. Ainsi une première turbine de 750 kW produite par le Coréen Unison, a été livrée en 2008. De plus, 3 gros acteurs se sont lancés dans cette production : Hyundai Heavy Industries, Samsung Heavy Industries, et Hyundai-Rotem qui ont rejoint, entre autres, Unison, Hanjin Industry, Doosan Heavy Industries et Hyosung Heavy Industries. On remarque que les constructeurs navals s’imposent de plus en plus sur ce marché grâce à leur expérience dans l’assemblage de grandes pièces de métaux, et à leur collaboration avec leurs sous traitants métallurgistes. En effet, la fabrication de pales est proche de celle des hélices de navires.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Advertisements

Filed under: Industry, , , , , , , , , , , ,

La Corée devient un acteur majeur dans la production de cellules photovoltaïques

La situation énergétique de la Corée se caractérise par sa pauvreté en énergies fossiles avec plus de 96% des énergies primaires importées en 2007. Il s’agit principalement du pétrole (46%), du charbon (24%) et du GNL (14%). Si les énergies renouvelables représentent moins de 2% de la consommation coréenne d’énergie électrique, leur utilisation a progressé de 50% entre le premier semestre 2008 et le premier semestre 2009. Parmi ces énergies, la production photovoltaïque (PV) présente l’un des plus forts potentiels. Selon les derniers chiffres de l’association européenne pour l’industrie PV, en 2008, avec 274 MW, la Corée s’est classé en 4ème position du classement des pays membres de l’IEA pour les nouvelles installations PV, derrière l’Espagne, l’Allemagne et les Etats-Unis. La capacité de production installée cumulée a atteint 351 MW à la fin de l’année.

Cette progression rapide des installations est due en partie à l’ambitieux plan 100 000 toits équipés à l’horizon 2012, et son programme très incitatif  de subventions en faveur des particuliers et des établissements publics. Le potentiel de croissance des installations PV demeure cependant très important. D’ici 2012, la Corée devrait produire 1,3 GW d’électricité d’origine solaire, puis 2,7 GW en 2013 selon l’institut de recherche coréen Display Bank.

clip_image002

Si la demande en installations PV augmente rapidement, l’offre coréenne est également en plein boom. Ainsi, les installations PV coréennes utilisent de plus en plus de modules, mais aussi de cellules solaires produites en Corée. Selon les chiffres du ministère de l’économie, les cellules fabriquées localement comptent à présent pour 30% des cellules utilisées dans les installations locales, soit 50% de plus qu’en 2008. Cette évolution se fait au détriment des importations d’origine japonaise (Sharp, Kyocera). En effet, même s’ils ne se sont pas lancés les premiers dans l’aventure du PV, les chaebols Samsung, LG et Hyundai rattrapent rapidement leur retard grâce à des armées de chercheurs et de grandes ressources financières qui leur permettent d’ouvrir de nouvelles lignes de production à un rythme élevé. Après avoir triplé entre 2007 et 2008, la capacité de production de cellules des fabricants coréens continue d’augmenter rapidement en 2009 et cette dynamique rappelle la course aux équipements dans l’industrie des semi-conducteurs il y a quelques années.

clip_image002

De plus, les industriels collaborent étroitement avec les universités et instituts de recherche du pays : Korean Institute of Energy Research (KIER), Korea Electronics Technology Institute (KETI), Korea Institute of Science and Technology (KIST), Korea Research Institute of Chemical Technology (KRICT), Electronics and Telecommunications Research Institute (ETRI) ou encore Korea Electric Power Research Institute (KEPRI) pour introduire régulièrement des procédés innovants. Enfin, on peut noter qu’en janvier 2008, l’entreprise coréenne Jusung Engineering a signé un accord de collaboration avec le Commissariat à l’Énergie Atomique français (CEA) portant sur le développement de cellules solaires silicium à haut rendement.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , , , , , , ,