Business in Korea

Icon

Internet, Mobile, IT and industry in Korea

Renault-Nissan envisage le rachat du constructeur coréen Ssangyong Motors

Ssangyong Motors, 4ème constructeur automobile coréen, repris par le chinois SAIC en 2004, connaît de graves difficultés depuis 2008. La société a été placée sous administration judiciaire au début de l’année 2009, et en mai dernier, le tribunal de Séoul a ordonné la vente de Ssangyong.

Les créanciers ont recueilli les lettres d’intérêt de 7 sociétés : Renault-Nissan, Mahindra & Mahindra, Pawan Kumar Ruia, Seoul Investments, SM Aluminum, Daewoo Bus et Young An Hat dont six ont été sélectionnées. On ne sait pas laquelle n’a pas été retenu mais il est confirmé que Renault-Nissan reste en course. Les candidats ont jusqu’au 20 juillet pour déposer une offre. Le repreneur qui sera choisi en août pourrait débourser entre 300 et 500 M USD pour cette acquisition.

Selon son président Carlos Ghosn, l’intérêt de l’alliance Renault-Nissan est principalement lié à la capacité de production de 220 000 véhicules/an qu’offre l’usine Ssangyong de Pyongtaek. Cette capacité de production additionnelle permettrait à Renault-Samsung, filiale locale de Renault, de faire face à une demande en forte croissance sur le marché coréen, 3ème marché pour Renault en termes de ventes après la France et l’Italie, mais aussi en provenance des marchés du sud-est asiatique. D’autres observateurs insistent sur l’intérêt pour Nissan. En effet, les ventes du constructeur japonais en Corée restent à ce jour pénalisées par le taux de change du yen et une base locale lui permettrait d’être plus compétitif.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@ubifrance.fr)

Filed under: Industry, , ,

Le marché des véhicules d’importation en Corée

C’est en 1987 que le marché automobile coréen s’ouvre aux véhicules d’importations. Mercedes, Volkswagen et BMW sont alors les premiers constructeurs à se lancer, rapidement suivis par Peugeot, Renault, et d’autres industriels européens et américains. Il faut attendre 2002 pour que la part des véhicules importés dépasse 1% des ventes avec 16 000 véhicules immatriculés dans l’année. Les volumes vont ensuite croître régulièrement pour atteindre 61 000 unités soit 5% du marché en 2009.

Fin 2009, on compte seulement 425 000 véhicules importés en circulation pour un parc de 17 M d’automobiles. La voiture étrangère reste encore un signe de distinction sociale fort en Corée et les acheteurs portent majoritairement leur choix sur de grosses cylindrées. Ainsi, l’année dernière, 70% des ventes ont concerné des véhicules de plus de 2000 cm3. Sur les trois dernières années, les modèles les plus populaires ont été les Honda CRV et Accord 3.5, BMW 528 et Lexus ES350.

En 2009, les constructeurs européens, au premier rang desquels les Allemands, ont capté 60% du marché ; les Japonais, entrés sur le marché en 2001, 30%. Alors qu’au plus fort de leur domination, les véhicules américains comptaient pour 60% des ventes de véhicules importés, cette part n’est plus que de 10% aujourd’hui.

En Corée comme ailleurs, le secteur automobile a connu une année 2009 difficile, mais les premiers mois de l’année 2010 sont marqués par un net regain des ventes.

A moyen terme, les ventes de véhicules importés devraient continuer à croître, favorisées par la mise en œuvre attendue de l’accord de libre échange entre l’UE et la Corée. Cet accord prévoit un démantèlement des tarifs douaniers, de 8% actuellement, sous 3 ans pour les automobiles de cylindrée supérieure à 1500 cm3, et 5 ans pour les autres véhicules.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , , , , , , , , ,

Renault-Samsung prévoit la construction de véhicules compacts

Le constructeur automobile Renault-Samsung Motors (RSM), filiale coréenne du groupe français Renault, a annoncé par la voix de son PDG Jean-Marie Hurtiger qu’il envisageait à moyen terme de produire des véhicules compacts dans ses usines coréennes.

Loin derrière les géants Hyundai et Kia, mais désormais devant GM Daewoo, RSM est devenu en 2009 le 3ème constructeur en Corée avec 10% de parts de marché. Cependant, ce marché, traditionnellement demandeur de berlines moyennes et larges comme celles qui font le succès de la marque franco-coréenne, connait une mutation profonde. Ainsi, la part de marché des véhicules d’une cylindrée inférieure à 1600cc a presque triplé au cours des cinq dernières années pour représenter 40% des ventes aujourd’hui.

Sur ce créneau, ce sont les marques Kia (Morning, Pride), Hyundai (i30) et GM Daewoo (Matiz, Gentra) qui dominent le marché. A l’heure actuelle la SM3 (modèle proche de la Mégane), reste le véhicule le plus léger proposé par RSM. Le constructeur va donc étoffer sa gamme pour accompagner cette tendance.

Cette nouvelle offre s’adressera également à l’export, en particulier vers la Chine et le Sud-est asiatique d’où émane une demande croissante en véhicules d’entrée de gamme.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , , , ,

Les véhicules propres en Corée

Au 5ème rang mondial des constructeurs automobiles en 2009, la Corée a choisi de développer intensivement la filière des ”véhicules propres” et notamment les voitures électriques. Le pays s’est fixé pour objectif de  devenir le 4ème constructeur mondial de véhicules propres avec 10% de parts de marché en 2015. Pour y parvenir, le gouvernement prévoit de soutenir la filière en investissant 350 M USD d’ici 2014 dans la recherche et le développement des véhicules propres. Par ailleurs, la réglementation concernant les émissions de CO2 imposera un seuil d’émissions de 140 g de CO2/km et une efficacité énergétique de 17 km/l en 2015 incitant les constructeurs à développer une nouvelle gamme de véhicules moins polluants.

En 2009, la commercialisation de véhicules hybrides a débuté en Corée (Hyundai). Celle de modèles électriques est prévue à partir de 2011. Dans le sillage de Hyundai-Kia, le franco-coréen Renault-Samsung et GM Daewoo ont annoncé leur intention de produire des véhicules électriques. Par ailleurs, le constructeur indépendant CT&T émerge avec une offre de petits véhicules électriques de quartier. Des véhicules équipés de piles à combustible sont parallèlement développés par Hyundai-Kia et ses partenaires. Pour les batteries, les industriels ont opté principalement pour la technologie lithium-ion. La Corée est le 2ème producteur mondial derrière le Japon. Les fabricants locaux de batteries rechargeables fournissent les plus grands constructeurs mondiaux. Samsung SDI (JV avec Bosch) a été choisi par BMW, LG Chem (JV avec Hyundai) par Hyundai, General Motors, Chang’an Motors et Eaton et SK Energy par Daimler. Enfin, des exploitants de réseaux de stations-service comme GS Caltex/KT, Hyundai Heavy Industries et SK Energy développent des stations de rechargement.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , , , , , , , , , , , ,

Automobile : bilan de l’année 2009 en Corée

L’industrie automobile mondiale a connu une année 2009 difficile. La situation en Corée a été relativement plus favorable même si tous les constructeurs n’ont pas connu le même sort.

Pénalisées par une demande atone sur les marchés américains et d’Europe de l’Est, les exportations ont chuté de 20,1% sur un an à 2,1 millions d’unités. Cette diminution s’explique également par l’augmentation des capacités de production des constructeurs coréens en République tchèque, Chine et Inde. La progression de la demande sur les marchés Asie-Pacifique et Amérique latine ainsi que la dévaluation du won ont cependant permis d’amortir la chute des exportations. De plus l’amélioration continue de la réputation des fabricants coréens s’est traduite par des gains de parts de marché, en particulier aux Etats-Unis où Hyundai et Kia ont profité des difficultés des constructeurs de Detroit.

Pour ajuster la production domestique à la baisse de la demande sur les marchés extérieurs, les constructeurs ont donc ralenti la production de 8,2%, et 3,5 millions de véhicules sont sortis des usines de la péninsule.

En revanche, sur le marché coréen, les ventes ont progressé de 20,7% sur un an pour un total de 1,4 million de véhicules dont les plus populaires sont les Hyundai Sonata et Tucson, Renault-Samsung SM3 et SM5, Kia K7 et Daewoo Matiz. Les meilleures ventes ont eu lieu entre mai à décembre grâce à la prime à la casse de 1 400 euros, mise en place par le gouvernement sur cette période. Le mécanisme a concerné 37% des immatriculations, soit 381 875 unités, un chiffre largement supérieur à l’objectif initial de 250 000 véhicules. Le groupe Hyundai-Kia reste l’intouchable leader avec 80% de parts de marché sur l’exercice. Renault-Samsung est l’autre grand gagnant de l’année avec 133 630 ventes. En se rapprochant des 10% de parts de marché, le constructeur franco-coréen dépasse ainsi GM Daewoo, historiquement 2e constructeur en Corée. L’avenir de Ssangyong s’est assombri après sa mise en faillite et de longues semaines de grève qui ont bloqué ses usines l’an dernier.

Enfin, 60 993 véhicules importés ont trouvé preneur, un ordre de grandeur stable. Les marques allemandes Audi, BMW, Mercedes-Benz et Volkswagen confirment leur domination. Peugeot importe 1 056 véhicules. A moyen terme, dans le cadre de l’accord de libre-échange UE-Corée, le démantèlement progressif des tarifs douaniers sur les véhicules automobiles, entre 3 et 5 ans selon la cylindrée, devrait logiquement profiter aux exportations européennes vers la Corée.

Sources : KAMA, KAIDA

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , , , , , , ,

La Corée fait le pari des batteries rechargeables pour automobiles

Bien qu’à l’heure actuelle ils ne représentent que 0,9% des véhicules en circulation dans le monde, les véhicules hybrides et électriques connaissent une popularité grandissante. Le développement de batteries plus performantes à moindre coût est un facteur clé de leur succès. Les batteries rechargeables lithium-ion, initialement utilisées dans les appareils électroniques, s’affirment comme la nouvelle solution pour l’automobile. Ces batteries, bien que plus chères, présentent l’avantage d’être plus puissantes et compactes que les batteries au nickel produites depuis plusieurs années au Japon, pour la Toyota Prius par exemple. Aux côtés du Japon, d’autres pays misent désormais beaucoup sur les batteries rechargeables, en particulier les Etats-Unis, la Chine et la Corée.

Dans le cadre de son plan de croissance verte, la Corée encourage de nombreuses initiatives dans le domaine des énergies renouvelables ; dont la production de batteries rechargeables pour l’automobile. Le gouvernement a déjà apporté un soutien de plusieurs dizaines de millions d’USD depuis 2003, et s’est s’engagé à hauteur de 120 millions d’USD supplémentaires sur 5 ans afin d’encourager les programmes de R&D visant à améliorer la consommation énergétique des automobiles. De plus, la volonté affichée des constructeurs automobiles, dont le leader Hyundai-Kia, de multiplier les lancements de véhicules hybrides et électriques favorise cette dynamique et les investissements en capacité de production par les équipementiers.

Trois acteurs locaux se démarquent : LG Chem, Samsung SDI et SK Energy.

LG Chem, qui fournit les plus grands fabricants de téléphones et d’ordinateurs depuis plus de 10 ans, équipe déjà les Hyundai hybrides Avante et Forte commercialisées depuis juillet. Début 2009, l’entreprise a signé un contrat sur 5 ans pour fournir General Motors en batteries lithium-ion pour l’hybride Chevrolet Volt à partir de novembre 2010, ainsi que des modèles Buick à partir de 2011. Depuis, LG Chem a établi une joint-venture avec l’équipementier Hyundai-Mobis, et a annoncé des investissements dans 2 usines qui doivent être mise en route en 2013: en Corée (800 millions d’USD) et aux Etats-Unis (300 millions d’USD). Enfin, en octobre 2009, LG Chem a signé un accord commercial avec CT&T, le spécialiste coréen des véhicules électriques de quartier (NEV). LG Chem espère prendre 20% du marché mondial des batteries automobiles rechargeables d’ici à 2015.

Samsung SDI, spécialiste des écrans LCD, a également décidé de s’orienter vers la production de batteries rechargeables en formant une joint-venture, SB LiMotive, avec le plus gros équipementier automobile mondial, l’Allemand Bosch. La production des batteries doit débuter en 2010, dans une usine de 410 millions d’USD située à Ulsan, au sud du pays. La nouvelle entité a déjà signé un contrat d’exclusivité pour des véhicules BMW tout-électrique (projet Megacity) entre 2013 et 2020. En juillet dernier SB LiMotive a fait l’acquisition de l’Américain Cobasys pour sa technologie de pointe dans les systèmes de stockage d’énergie pour véhicules hybrides. La firme annonce un objectif à moyen terme de 30% de parts de marché mondial.

Un troisième acteur majeur a fait des batteries une priorité de sa stratégie, c’est SK Energy, la filiale énergie et pétrochimie d’un des plus gros chaebols coréens, qui a annoncé qu’il commercialiserait ses batteries lithium-ion pour automobiles à partir de 2011.

Enfin des entreprises de plus petite taille sont également présentes sur ce créneau comme Kokam, YNC Batteries, Batech, BNL, Dong Yang, Saehan Enertech, Vitzrocell  ou Young Poong Corporation.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les minis et compactes gagnent du terrain en Corée du Sud

En Corée comme ailleurs, avec la crise économique, la consommation de biens durables et en particulier d’automobiles a ralenti. Cependant, toutes les catégories de véhicules ne sont pas touchées de la même façon.

Ainsi, ces derniers mois, la part de marché des minis (moins de 1000cc) et compactes (jusqu’à 1600cc) n’a cessé d’augmenter au détriment des autres gammes. Certes, cette tendance est constante depuis 2005, mais l’effet crise l’a accentuée en 2008 et début 2009. Les minis ont ainsi gagné 9 points de parts de marché entre 2007 et 2008 pour se stabiliser autour des 14% début 2009. Par ailleurs, les ventes de compactes qui avaient connu un recul de 2 points sur l’année 2008, sont fortement reparties début 2009 pour atteindre 28,5% des ventes contre 25,3% en 2007.

Aujourd’hui, pour la première fois, la combinaison de ces 2 catégories représente plus de 40% des ventes sur le marché coréen. Cette forte croissance s’est principalement répercutée sur les ventes de berlines de taille moyenne (jusqu’à 2000cc) et de véhicules tout-terrain, alors que les plus grosses berlines ont mieux résisté.

Cliché

Au premier trimestre 2009, les modèles les plus vendus ont été l’Avante et l’i30 de Hyundai, la Forte de Kia, et la Lacetti Premiere de GM-Daewoo, des véhicules d’entrée/milieu de gamme, faibles consommateurs en carburants. Avec la mise sur le marché prévue durant l’été de la nouvelle version de la SM3, son véhicule le plus compact, Renault-Samsung espère bien profiter de cette tendance.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique   (adresser les demandes à remy.pascal@missioneco.org)

Filed under: Industry, , , , , , , ,