Business in Korea

Icon

Internet, Mobile, IT and industry in Korea

Le marché du livre électronique en Corée

Dans le cadre d’un plan global pour encourager la production de contenus digitaux, le ministère coréen de la culture a annoncé en avril 2010 un investissement de 54 M USD en faveur de l’édition et la promotion de publications électroniques. En partenariat avec le ministère, la Korea Electronic Publishing Association (KEPA) proposera parallèlement aux éditeurs et auteurs des formations à la réalisation et la distribution de publications électroniques avec pour objectif d’en publier 100 000 par an. Ils s’ajouteront aux 250 000 ouvrages issus des librairies nationales qui doivent être numérisés d’ici 2014. Grâce à ces efforts, les livres électroniques pourraient représenter 20% des publications en 2012 contre 5% aujourd’hui selon la KEPA.

Les usagers semblent eux prêts à adopter de nouvelles habitudes de consommation. Ainsi, plus de 40% des personnes sondées par la Korea Internet and Security Agency dans son enquête 2009 sur les usages de l’internet en Corée affirmaient avoir déjà lu des livres ou magazines en ligne, et même plus d’une fois par semaine pour 40% d’entre eux.

Devant les promesses de ce marché, les fabricants de terminaux mobiles, distributeurs et éditeurs collaborent pour développer une offre locale de lecteurs et de contenus. Le plus célèbre des fabricants de terminaux, Samsung, a lancé un premier lecteur, le Papyrus, en juillet 2009, en partenariat avec le libraire Kyobo qui donne accès à 65 000 titres en coréen. C’est avec ce même partenaire que le fabricant iRiver, spécialiste des PMP, a lancé le Story en septembre 2009, un lecteur aujourd’hui exporté vers l’Allemagne et la Russie. LG, grand rival de Samsung, fournit quant à lui des écrans pour les lecteurs de marque iRiver, Sony ou Apple via sa filiale LG Display ; celle-ci développe simultanément un support alternatif : le papier électronique couleur pliable. Mais les fabricants de terminaux attendent surtout l’arrivée prochaine en Corée de l’iPad d’Apple qui pourrait, en cas de succès, obliger la concurrence à proposer des terminaux aux fonctionnalités plus riches.

Du côté des contenus, c’est Yes24 qui est leader avec 30% de parts de marché sur les publications électroniques, suivi par Interpark, Kyobo et Aladdin. Si Yes24, Kyobo et Aladdin se veulent avant tout des distributeurs de publications électroniques, Interpark, à l’image d’Amazon, a fait le choix de commercialiser son propre lecteur, le Biscuit, dont la fabrication est assurée par LG Innotek. Les opérateurs de télécoms s’intéressent également de près à ce marché, à l’image de KT qui a lancé en avril 2010 le service QOOK book café sur le modèle des plateformes de téléchargement d’applications pour mobile. QOOK book café propose des contenus pour les lecteurs dédiés mais aussi pour les smartphones et ordinateurs personnels.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@ubifrance.fr)

Advertisements

Filed under: Mobile, Web, , , , , , , , , , , , , , ,

Le plan smart-grid coréen

Au début de l’année 2010, la Corée a annoncé un investissement de 24 Mds USD sur 20 ans en faveur du smart-grid. Au cours des 2 premières années, 1,1 Md USD sera consacré au développement et aux tests. Puis, entre 2012 et 2020, 7,8 Mds USD seront investis dans les premiers déploiements d’infrastructures à grande échelle. Enfin, la 3ème phase du projet, dotée d’un budget de 15 Mds USD, aura pour objectif la couverture totale du pays à l’horizon 2030.

Le projet phare du premier volet de ce plan est l’installation pilote de l’île de Jeju au sud de la péninsule. Cette initiative qui concerne 6000 foyers et regroupe 170 industriels est dotée d’un budget de 240 M USD, dont ¼ d’origine public.

Elle s’articule autour de 4 axes principaux :

Un réseau de distribution d’électricité « intelligent » : grâce à des équipements de transmission et de distribution de nouvelle génération (sous-stations, réseaux de capteurs), il est possible d’optimiser la gestion de la distribution, d’ajuster la production et de prévenir à distance les disfonctionnements éventuels du réseau. Le consommateur bénéficie également d’une tarification adaptée en temps réel qui rend compte au mieux de l’équilibre entre l’offre et la demande. C’est principalement KEPCO, qui dispose du monopole de la distribution électrique en Corée, qui est en charge de cet axe.

Les compteurs électriques « intelligents » : les compteurs électriques « intelligents » qui équipent les maisons peuvent échanger des données avec le réseau. Ils mesurent la consommation puis la communiquent aux centres de contrôle qui optimisent alors la distribution de l’électricité. Aux côtés de KEPCO, les opérateurs télécoms SK et KT et le fabricant de matériel électronique LG Electronics participent activement au développement des équipements nécessaires.

Le rechargement des véhicules électriques : le plan smart-grid prévoit également de créer un réseau de stations de rechargement pour les véhicules électriques. Ces stations prévues principalement pour le rechargement des véhicules permettront également d’utiliser les batteries des véhicules comme source d’énergie d’appoint pour la maison en cas de besoin. KEPCO, SK Energy et GS Caltex les développent actuellement.

Les énergies renouvelables : des installations photovoltaïques et éoliennes individuelles permettent de couvrir tout ou partie des besoins en électricité d’une maison jusqu’à la rendre énergétiquement indépendante. Le smart-grid prévoit de les raccorder au réseau national pour que le surplus d’électricité éventuel puisse être redistribué. KEPCO, Hyundai Heavy Industries et POSCO ICT participent à ces développements à Jeju.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@ubifrance.fr)

Filed under: Industry, , , , , ,