Business in Korea

Icon

Internet, Mobile, IT and industry in Korea

La filière déchets en Corée

La filière déchets en Corée représentait un marché de 4,8 Mds d’USD en 2007, soit près d’un quart du marché de l’environnement, estimé à 21 Mds d’USD. La production de déchets municipaux reste relativement faible, de 380 kg/hab/an en 2002, elle est passée à 372 kg/hab/an en 2007 grâce à une législation stricte sur les déchets ménagers. En revanche, sur cette période, le volume de déchets industriels a progressé de près de 60%, passant de 187845 t/j à 296323 t/j soit 85% du total des déchets.


Ces dernières années, la production totale de déchets a donc connu une progression importante, occasionnant des besoins grandissants de traitement. Or la capacité de traitement de la Corée reste insuffisante, en particulier du fait des faibles surfaces disponibles pour l’enfouissement sur ce territoire d’à peine 100 000 km2. Lors de la dernière décennie, le pays a donc accru ses efforts en faveur du recyclage, une solution qui permet désormais de traiter 80% des déchets. Dans le même temps, le recours à l’enfouissement a logiquement diminué même si cette solution demeure la principale alternative avec 11% des volumes traités.

Si la collecte est réalisée conjointement par les collectivités et des sociétés privées, le traitement est assuré essentiellement par ces dernières. Parmi celles-ci les entreprises françaises Veolia et Suez sont présentes au travers d’Eco Services, une joint-venture entre Teris (groupe Suez Environnement) et Veolia Environnemental Services. Le groupe Veolia est également représenté sur ce marché par une autre filiale : ES&KC Ecocycle.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , ,

La filière eau en Corée

Le climat coréen se caractérise par de faibles précipitations annuelles, environ 2800 m3/an (contre 22 000 m3/an pour la moyenne mondiale). Or, même si la consommation d’eau est en baisse depuis le début des années 2000, elle demeure importante : 340 litres/jour/habitant. Une gestion draconienne des faibles ressources disponibles est donc absolument nécessaire pour éviter la pénurie.

Avec 11 Mds USD en 2008, la filière eau en Corée représentait plus de la moitié du marché de l’environnement (21 Mds d’USD). L’activité de distribution comptait pour 47% du total, l’assainissement, 37%, le traitement des eaux usées, 9% ; les activités connexes et l’eau minérale expliquant les 7% restant.

Si 92% de la population est raccordée au réseau national de distribution d’eau, dans les campagnes, où vivent 5 M d’habitants, le pourcentage est de seulement 54%. En ce qui concerne l’évacuation des eaux usées, 87% de la population est raccordée au réseau.

De nombreux projets d’infrastructures pour l’approvisionnement, l’acheminement et le traitement de l’eau sont en cours de réalisation ou programmés. Entre 2007 et 2014, le gouvernement a ainsi alloué un budget d’environ 1,1 Mds USD pour développer le réseau. Un budget supplémentaire est prévu pour améliorer l’accès à l’eau sur une centaine d’îles qui entourent la péninsule. Pour le traitement, 10 nouvelles usines sont ouvertes chaque année, s’ajoutant aux quelques 300 unités existantes.

C’est l’entreprise publique K-Water qui est en charge de la gestion des centres régionaux d’approvisionnement ainsi que des barrages. La distribution au consommateur final est prise en charge par les collectivités locales. Si le reste de la filière n’est pas ouvert au secteur privé, en revanche les projets de traitement en partenariat public-privé se multiplient. Ainsi Veolia Water fournit ses solutions de traitement aux municipalités et aux industriels.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , ,