Business in Korea

Icon

Internet, Mobile, IT and industry in Korea

Le haut-débit en Corée

Bien qu’elle bénéficie déjà d’infrastructures de télécommunications de pointe, la Corée poursuit sa politique volontariste en faveur de l’internet haut-débit fixe et mobile. Ainsi, équipementiers, opérateurs et gouvernement unissent leurs efforts et leurs investissements pour maintenir l’avance de la Corée et continuer à nourrir la croissance de son industrie des télécoms.

Fin 2009, on recensait 16,3 M d’abonnés à l’internet haut-débit fixe en Corée, un chiffre en croissance moyenne de 6% par an depuis 2003. Le pays compte désormais 37 M d’usagers de l’internet fixe, soit 77% de la population. Il s’agit du 10ème taux de pénétration mondial mais surtout du 1er parmi les pays de plus de 20 M d’habitants.

Concernant les types d’accès, la fibre jusqu’au bâtiment (FTTB LAN) et le câble dominent avec respectivement 34% et 32% des abonnés. Les technologies DSL sont en recul (20%), alors que la fibre optique jusqu’au foyer (FTTH) connaît une croissance rapide avec 15% de part de marché en 2009 contre 11% en 2008.

Répartition des abonnés à l’internet haut-débit fixe par type de connexion et par opérateur, KCC, 2009

La dernière étude State of the Internet d’Akamai, rapporte un débit observé supérieur à 5 Mbps pour 74 % des connexions coréennes (60% au Japon), et un débit observé supérieur à 25 Mbps dans 16% des cas (2% au Japon). Ce sont de loin les débits moyens les plus rapides au monde.

Côté mobile, les abonnés aux offres 3G WCDMA, qui peuvent accéder à l’internet mobile en haut-débit, sont plus de 21 M (opérateurs, juin 2009), soit 45% de la clientèle. Lancée en 2006, l’offre Wibro, version coréenne du Wimax, permettant d’accéder à l’internet en très haut-débit en situation de mobilité (20 à 40 Mbps en liaison descendante), comptait 250 000 clients fin 2009.

La Korea Communications Commission, régulateur coréen des télécommunications, a initié le projet BCN (Broadband Convergence Network), pour le déploiement et la convergence des réseaux très haut débit fixes et mobiles. Son objectif pour 2013 est de permettre à 14,5 M d’usagers de bénéficier d’une connexion fixe entre 50 et 100 Mbps en 2013, et à 46 M d’usagers de profiter d’une connexion mobile entre 1 ou 2 Mbps. Ce plan prévoit également le lancement commercial en 2012 de l’ultra haut-débit, de l’ordre d’1 Gbps en fixe et de 10 Mbps en mobile.

Grâce à ces infrastructures toujours plus performantes, les usages les plus consommateurs de bande passante vont continuer à se développer. Ce sont d’ores et déjà près de 30% des internautes coréens qui partagent des fichiers en ligne, 40% qui regardent la télévision en ligne, et 46% qui regardent des films en ligne selon l’enquête annuelle Survey on the Internet usage conduite par l’agence nationale pour le développement d’internet (NIDA).

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Advertisements

Filed under: Mobile, Web, , , , , , , , , , , , ,

La concurrence entre iPhone et Android dynamise le segment des smartphones en Corée

Sans revenir sur les obstacles qui ont retardé le lancement de l’iPhone en Corée, il est possible aujourd’hui de faire un premier bilan de l’introduction de cet appareil dans la péninsule. Un mois et demi après sa sortie le 28 novembre 2009, 240 000 exemplaires du téléphone d’Apple avaient été écoulés, un incontestable succès pour Apple comme pour Korea Telecom, le second opérateur mobile du pays qui bénéficie de l’exclusivité de sa distribution.

Si l’introduction de l’iPhone dans le pays fut très tardive, sa prochaine évolution (OS 4.0), pourrait être disponible en Corée dès le mois de juin, au moment attendu du lancement international. Comptant sur cette nouvelle version, KT annonce un objectif de 500 000 unités vendues d’ici fin 2010. L’iPhone, particulièrement apprécié pour son ergonomie et son offre d’applications téléchargeables, suscite semble-t-il un regain d’intérêt pour les smartphones en Corée. De plus, il est proposé par KT à des prix variables selon les forfaits, mais globalement abordables, par exemple 80 EUR pour la version 8 Giga et un forfait moyen.

En réponse, SK Telecom, l’opérateur mobile leader, et Samsung ont revu la tarification de l’Omnia, principal concurrent de l’iPhone. La stratégie fonctionne, les ventes du smartphone de Samsung qui plafonnaient autour de 1400 unités/jour avant le lancement de l’iPhone s’approchent des 6000 unités/jour depuis début décembre. Depuis début janvier, les ventes de ce modèle dépassent même celles de l’iPhone pour un total de 300 000 exemplaires écoulés depuis son lancement, antérieur il est vrai à celui de l’iPhone.

Mais la principale riposte de SK Telecom se nomme Android. Ainsi, sur 15 smartphones programmés par SK en 2010, 13 seront équipés de l’OS open-source de Google, à commencer par le Motorola Motoroi qui sera disponible en février. Afin de ne pas passer à côté des avantages d’Android, mais aussi pour éviter une trop grande dépendance à l’iPhone, KT proposera également plusieurs modèles équipés de ce système d’exploitation. Plébiscités par les deux principaux opérateurs du pays, Android devrait logiquement équiper une majorité des smartphones commercialisés en Corée cette année.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Mobile, , , , , , , , , , ,

Automobile : bilan de l’année 2009 en Corée

L’industrie automobile mondiale a connu une année 2009 difficile. La situation en Corée a été relativement plus favorable même si tous les constructeurs n’ont pas connu le même sort.

Pénalisées par une demande atone sur les marchés américains et d’Europe de l’Est, les exportations ont chuté de 20,1% sur un an à 2,1 millions d’unités. Cette diminution s’explique également par l’augmentation des capacités de production des constructeurs coréens en République tchèque, Chine et Inde. La progression de la demande sur les marchés Asie-Pacifique et Amérique latine ainsi que la dévaluation du won ont cependant permis d’amortir la chute des exportations. De plus l’amélioration continue de la réputation des fabricants coréens s’est traduite par des gains de parts de marché, en particulier aux Etats-Unis où Hyundai et Kia ont profité des difficultés des constructeurs de Detroit.

Pour ajuster la production domestique à la baisse de la demande sur les marchés extérieurs, les constructeurs ont donc ralenti la production de 8,2%, et 3,5 millions de véhicules sont sortis des usines de la péninsule.

En revanche, sur le marché coréen, les ventes ont progressé de 20,7% sur un an pour un total de 1,4 million de véhicules dont les plus populaires sont les Hyundai Sonata et Tucson, Renault-Samsung SM3 et SM5, Kia K7 et Daewoo Matiz. Les meilleures ventes ont eu lieu entre mai à décembre grâce à la prime à la casse de 1 400 euros, mise en place par le gouvernement sur cette période. Le mécanisme a concerné 37% des immatriculations, soit 381 875 unités, un chiffre largement supérieur à l’objectif initial de 250 000 véhicules. Le groupe Hyundai-Kia reste l’intouchable leader avec 80% de parts de marché sur l’exercice. Renault-Samsung est l’autre grand gagnant de l’année avec 133 630 ventes. En se rapprochant des 10% de parts de marché, le constructeur franco-coréen dépasse ainsi GM Daewoo, historiquement 2e constructeur en Corée. L’avenir de Ssangyong s’est assombri après sa mise en faillite et de longues semaines de grève qui ont bloqué ses usines l’an dernier.

Enfin, 60 993 véhicules importés ont trouvé preneur, un ordre de grandeur stable. Les marques allemandes Audi, BMW, Mercedes-Benz et Volkswagen confirment leur domination. Peugeot importe 1 056 véhicules. A moyen terme, dans le cadre de l’accord de libre-échange UE-Corée, le démantèlement progressif des tarifs douaniers sur les véhicules automobiles, entre 3 et 5 ans selon la cylindrée, devrait logiquement profiter aux exportations européennes vers la Corée.

Sources : KAMA, KAIDA

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à remy.pascal@dgtpe.fr)

Filed under: Industry, , , , , , , , ,