Business in Korea

Icon

Internet, Mobile, IT and industry in Korea

Ssangyong Motor est en faillite

La forte réduction de la demande de véhicules et le resserrement du crédit ont eu raison de Ssangyong Motor. Le 5ème fabricant automobile coréen a été placé en redressement par la justice coréenne.

Le plan de sauvetage soumis à l’approbation des créanciers est attendu prochainement mais l’actionnaire majoritaire, le Chinois Shanghai Automotive Industry Corp, semble ne plus souhaiter investir dans cet actif fortement déprécié. Renault-Samsung Motors est pressenti pour un éventuel rachat du constructeur.

Par ailleurs, si le gouvernement pourrait injecter des liquidités pour sauver Ssangyong Motor, il a d’ores et déjà annoncé qu’il n’interviendra pas en faveur des sous-traitants. Ce sont donc 200 équipementiers, fortement dépendants du constructeur, qui sont en grande difficulté tandis que la dépréciation du won rend les reprises particulièrement attractives pour les entreprises étrangères.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique   (adresser les demandes à remy.pascal@missioneco.org)

Filed under: Industry

L’industrie du jeu vidéo ne connaît pas la crise en Corée

Les grands acteurs coréens du jeu vidéo n’ont pas connu la crise en 2008. Le marché local s’est chiffré à 1,2 milliard de dollars [USD] et pourrait atteindre 1,7 milliard en 2009 selon Pearl Research. NHN a confirmé son leadership avec 406 millions USD de revenus en 2008.

Le plus gros succès de l’année, Aion, est encore une fois un MMORPG (Massive Multiplayer Online Role-Playing Game), ce qui confirme la popularité du genre. On peut noter également la nouvelle levée de fonds de dix millions de dollars de Nurien Software : un éditeur de monde virtuel prometteur qui devrait prochainement faire parler de lui au-delà des frontières coréennes.

En ce qui concerne les habitudes de jeu, les plus gros portails en ligne comme Hangame (NHN) ou Netmarble (CJ Internet) ont attiré jusqu’à un million de joueurs quotidiennement et douze millions de joueurs uniques par mois, selon Pearl Research. En revanche, les consoles ne rencontrent traditionnellement pas un grand succès en Corée, même si Nintendo est sorti du lot avec plus de deux millions de DS vendues à ce jour.

Le jeu vidéo est donc promis à un bel avenir en Corée, et en investissant 270 millions USD le gouvernement veut faire du pays la 3epuissance mondiale du secteur d’ici à 2012.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique   (adresser les demandes à remy.pascal@missioneco.org)

Filed under: Web

Nurien Software fusionne le jeu en ligne et les réseaux sociaux

Nurien Software est un éditeur coréen qui propose une plateforme de monde virtuel où les utilisateurs peuvent créer des avatars et objets en 3D ultra-réalistes. Ceux-ci peuvent ensuite être intégrés à différents jeux développés par Nurien, dont Mstar, un jeu de danse, ainsi qu’à des réseaux sociaux où s’échangent musique, photos et vidéos mais aussi des objets virtuels en 3D.

Nurien Software propose ainsi de fusionner les MMOG (Massive Multiplayer Online Games) et leurs capacités graphiques, d’animation et d’intelligence artificielle, avec les réseaux sociaux et leurs possibilités d’interactions humaines, d’expression et de personnalisation.

Après avoir levé 15 millions de dollars [USD] en avril 2008, Nurien Software a bouclé un second tour  de table de 10 millions USD auprès d’investisseurs sino-américains en janvier 2009. Le business model consiste à proposer gratuitement des jeux et applications financés par des micro-transactions sur des objets virtuels : vêtements, meubles, etc.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique   (adresser les demandes à remy.pascal@missioneco.org)

Filed under: Web

L’évolution des satellites coréens

C’est en 1992 que le premier satellite coréen KITSAT-1 a été placé sur orbite. Plusieurs programmes de lancement ont depuis été mis en œuvre.

Aujourd’hui le pays possède:
• Deux satellites d’observation KOMPSAT qui fournissent des images de précision utilisées pour la surveillance environnementale ou l’aménagement du territoire,
• Quatre satellites de télécommunications KOREASAT à usage commercial (et militaire pour le dernier) pour la télévision et internet,
• Le satellite MBSAT destiné aux services de multimédia mobile,
• Le satellite hybride de télécommunication, météorologie et océanographie COMS 1,
• Et quatre microsatellites d’observation scientifique KITSAT et STSAT.

D’ici à 2015, la Corée a pour objectif de placer vingt satellites en orbite et de développer la technologie nécessaire à la fabrication et au lancement de satellites. Le site coréen de Goheung sera inauguré par un premier lancement commercial en juin 2009.

Aujourd’hui, tous ces projets dépendent encore beaucoup de partenaires étrangers et en particulier français. EADS Astrium a ainsi contribué aux projets KOMPSAT et COMS 1 (pour 162 millions d’euros). Thalès Alenia Space a participé aux projets KOMPSAT et KOREASAT.  Enfin Arianespace a effectué le lancement de KOREASAT 3, KITSAT 1 et 2, et lancera COMS 1 et KOREASAT 6.

Copyright : Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique   (adresser les demandes à remy.pascal@missioneco.org)

Filed under: Industry